Select Page

ATTENTION, ON NE VAPOTE PAS DU NEZ!

ATTENTION, ON NE VAPOTE PAS DU NEZ!

Le concept du vaporisateur a émergé dans les années soixante. Toutefois, il n’est devenu populaire auprès des fumeurs qu’à partir de 2010 grâce à l’apparition de cigarettes électroniques soigneusement marketées, mettant en avant leur apport à la lutte contre le tabagisme. Une alternative à risque réduit pour les fumeurs, proposition jusque là inexistante.

Depuis, des millions de personnes vapotent régulièrement, et le goût des e-cigarettes aromatisées y est pour quelque chose. Cependant, avec cette nouvelle technologie aromatique vient une nouvelle série de problèmes que les utilisateurs n’étaient pas en mesure de prévoir. En effet, que vous fumiez ou vapotiez, il est assez commun d’expirer par vos narines. Mais exhaler la vapeur aromatisée par le nez peut causer des dommages pour le moins inattendus. On retrouve notamment, sècheresse et irritation nasales, et dans de nombreux cas, une épistaxis. C’est une hémorragie extériorisée par les fosses nasales, qu’on appelle communément «saignement de nez». Bien que très fréquente et sans gravité dans la grande majorité des cas, certaines épistaxis peuvent comporter un risque vital par leur importance ou la fragilité du terrain sur lequel elles surviennent, provoquant des saignements de nez aléatoires. Le produit chimique en cause est le propylène glycol. Un produit chimique déshydratant qui peut pomper l’humidité de la peau des narines. En effet, les e-cigarettes ne sont pas utilisées depuis assez longtemps pour savoir avec certitude, si elles sont susceptibles de provoquer des dommages permanents. Les risques de vapotage ne sont donc pas encore clairement définis, mais il y a un nombre croissant de preuves qui confirment qu’elles ne sont pas aussi inoffensives que nous le pensions au tout début. Elles concentrent des produits chimiques susceptibles de causer des nuisances narinaires.

Un simple conseil donc, expirez par la bouche, même si le propylène glycol irrite l’ensemble des voies respiratoires puisqu’il assèche aussi la gorge. Essayez aussi de tamponner régulièrement l’intérieur de votre nez de petites quantités de vaseline, pour calmer la sensation de sécheresse et garder un peu d’humidité. Bien entendu, la meilleure chose à faire reste l’arrêt total du tabagisme, même si la plupart des preuves à ce jour suggèrent que l’électronique serait moins nocif que le classique.

Hakima Yassine Chawki