Select Page

DÉCALAGE…

DÉCALAGE…

Par delà des vagues de villes et de villages, il existe une femme, avec un visage d’Ange. Avec son vêtement, avec son geste, un visage, une voix, avec presque rien, il a construit une histoire. Un rêve de volupté pendant une éclipse. Et peu importe ce qu’il advient de ses mots, peu importe l’abîme où ils semblent s’enfoncer, traversant les terres et les océans, franchissant toutes les frontières et tous les Himalaya qui les séparent. Un hémisphère se dresse entre eux….
Sois sage, m’a-t-elle demandé.
Mais la sagesse n’est donnée qu’aux prophètes; elle est l’apanage des saints. Et je ne suis pas un saint.

Certaines personnes vous améliorent, dès le premier regard. Ils pansent vos blessures, réchauffent vos coeurs et illuminent votre vie. Elles sont rares. Aussi, quand vous les rencontrez, il ne faut pas les laisser partir, quand vous pouvez. Comme “il y a des livres que nous apportons en voyage et d’autres qui nous font voyager. Il y aussi, à certaines périodes de notre vie, des gens qui nous accompagnent et d’autres qui nous font voyager. Ces êtres qui nous incitent à voyager au plus profond de nous-mêmes ouvrent des portes. Mais, en général, les plus grandes portes de notre existence sont ouvertes par des gens qui ne les traverseront pas avec nous….” Juste une brèche dans le temps, une fissure dans la providence, dans l’espace. Décalage…

(Les hasards nécessaires, Dans Dialogue au bout de la nuit- Extraits)

Par Hassan Dabchy