Select Page

IL ÉTAIT UNE FOIS, UN DISTRIBUTEUR D’HISTOIRES…

IL ÉTAIT UNE FOIS, UN DISTRIBUTEUR D’HISTOIRES…

Ce n’est pas d’un distributeur de snacks ou de boissons qu’il s’agit ici, le distributeur en question est un concept novateur qui pourrait éviter aux gens d’avoir les yeux rivés sur leurs smartphones. Promouvoir la lecture ludique en égayant les petits temps d’attente, c’est l’idée derrière cette innovation. Censée améliorer l’accueil en rendant positive l’expérience de l’utilisateur qui attend son tour dans un lieu public, la borne n’a pas d’écran mais offre la possibilité de choisir entre 1, 3 ou 5 minutes de lecture, selon les files d’attente et les humeurs des utilisateurs.
Les histoires originales, à lire sur de jolis tickets papier produits gratuitement par la curieuse machine, sont écrites par des auteurs de la communauté de Short Edition, première plateforme littéraire communautaire dédiée aux formats courts: nouvelles, micro-nouvelles, poèmes et BD. Chaque jour, l’éditeur communautaire de littérature courte reçoit une centaine de textes, de 6.000 à 20.000 signes maximum, d’auteurs en recherche de publication. La base internet constituée devrait pouvoir alimenter les bornes en histoires durant l’expérimentation prévue de durer un an. Les auteurs peuvent poster leurs textes et voter pour leur favori. Les écrivains touchent entre 5 et 10 euros par texte. De plus, cela donne de la visibilité à des auteurs en recherche de publication, tout en faisant agréablement patienter les gens en amenant culture et littérature populaires dans leur quotidien.
L’association ingénieuse entre la start-up et la ville de Grenoble a permis à la première de gagner en notoriété et à la seconde de dynamiser son image en surprenant les habitants. Les bornes louées par la mairie, ont vite fait des émules, puisqu’elles ont débarqué à Lyon à peine un mois après le début de l’aventure.

Stations de tramway, gares, aéroports, postes ou encore salles d’attente des médecins, ces parenthèses littéraires gratuites qui permettent de patienter en s’évadant de manière intelligente ont des possibilités de développement inouïes. Vivement que Casablanca prenne exemple sur ses homologues d’outre-Méditerranée.

[su_divider divider_color=”#ffffff” link_color=”#ffffff”]

Hakima Yassine Chawki