Select Page

FACEBOOK: NOUS SOMMES SEULS, MAIS TOUS ENSEMBLE

FACEBOOK: NOUS SOMMES SEULS, MAIS TOUS ENSEMBLE

Facebook a révolutionné notre façon de communiquer et de nous exposer en public. Il est désormais plus facile que jamais de construire son réseau social et Internet a pris une nouvelle tournure depuis que cette facilitation est devenue son objectif principal.

Il y a à peine une dizaine d’années, le Web était le refuge d’une jeunesse marginale qui utilisait un nouvel espace à ses balbutiements. L’avènement de l’ère de la technologie portative, principalement les smartphones, a permis une démocratisation de l’accès. Aux yeux de beaucoup, cette connexion permanente, ce flot d’«amis» et de notifications nous lie certes et nous permet de rester en contact les uns avec les autres. Pourtant, la plupart des études menées démontrent que les individus n’ont jamais été aussi seuls, dans la vraie vie. C’est comme si nos centaines d’amis sur Facebook n’étaient qu’un nuage de fumée qui cachait un désert émotionnel. Cela est principalement vrai dans les pays de l’OCDE où on a tendance à passer de moins en moins de temps avec les autres, à moins inviter, à moins accueillir, à moins sortir… On peut s’aventurer à penser que nos pays qui sont en voie de développement, et donc en voie d’individualisme croissant, se dirigent eux-aussi vers ce type de sociétés. Si on ne fait pas attention, l’ère de Facebook pourrait produire des effets pervers et renforcer la solitude des individus. L’illusion d’être entouré que crée cet outil est éphémère et s’estompe à la première coupure de courant. Rien ne remplacera jamais le contact physique et les relations palpables, derrière un clavier, derrière un écran, nos personnalités ne sont pas les mêmes et chacun cherche à dépeindre une image idéalisée qui peut être frustrante pour l’autre (et ainsi susciter l’éloignement) et même pour soi-même lorsqu’on se rend compte que notre propre réalité n’a plus rien à voir avec l’image que l’on projette. Il est essentiel que Facebook et tous les autres réseaux sociaux demeurent au rang d’outils supports à notre communication et ne puissent pas se hisser au rang d’alternative à une communication réelle et humaine.

 

Par Zakaria Maftah