Select Page

FAUT-IL ENCORE CROIRE EN L’AMOUR?

FAUT-IL ENCORE CROIRE EN L’AMOUR?

L’amour est une question existentielle à laquelle nous n’avons toujours pas trouvé une réponse convaincante. On peut dire que les situations amoureuses diffèrent d’une personne à l’autre; la raison pour laquelle on ne peut parler d’une définition universelle. Certains y croient fortement, d’autres doutent et d’autres n’y voient aucune logique, pourtant le cœur trahit souvent nos convictions. Faut-il donc lui donner raison?

Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie? Qui n’a pas déjà effeuillé une pauvre fleur cherchant à vaincre le doute quant à l’amour du ou de la bien-aimée? Qui n’a pas déjà été submergé par l’émotion d’un «amour» naissant, ce sentiment incompréhensible qui diverge les opinions? Nous avons tous été au moins une fois en amour avec l’Amour. Ce dernier serait donc une tendance vers quelqu’un. Un mouvement puissant qui nous projette vers une autre personne sans vraiment le décider. En revanche, nous le jugeons tous d’une manière personnelle qui aurait un rapport étroit avec les expériences vécues, les histoires racontées par nos proches ou encore les faits rapportés de toutes parts. Sans oublier les différents aspects qui déterminent la nature de notre personnalité, notre caractère et notre éducation.
Au début, c’est une passion «électrifiante» qui nous aide certes à s’accrocher à ce bonheur absolu quels que soient les obstacles et les circonstances, mais seule une entente parfaite crée une complémentarité qui peut ainsi faire durer cet amour le plus longtemps possible. Cette «entente parfaite» inclut la tolérance mutuelle, l’acceptation des différences, les concessions ainsi que les efforts dans les deux sens. En présence de toutes ces conditions, rien ne peut le détruire. En leur absence, il est tout à fait normal de douter de la beauté de ce sentiment puisque la passion du début ne dure malheureusement pas très longtemps.
Ceci dit, quand il n’y a pas de communication, il n’y a pas de compréhension. Et quand il n’y a pas de compréhension, il y a doute, désaccord, malentendu, malaise et souffrance. Comment deux personnes en mouvement, l’une vers l’autre, peuvent-elles faire durer ce mouvement réciproque dans leur vie respective en condamnant les imperfections de l’un et de l’autre et en ayant une faible conscience des vicissitudes inévitables de la vie à deux?
Outre, nous avons tendance à confondre amour avec passion, admiration, attirance ou intérêt. Il est donc logique que sa définition soit inexacte et qu’il en déçoive plus d’un.
Euphorisant, l’amour est un sentiment humain inégalable et si naturel que nul ne peut en nier l’existence. Oui il faut continuer à y croire, puisque c’est le cœur qui le réclame. Et comme a dit Blaise Pascal: «Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point». Il faut juste trouver la bonne personne par rapport à soi et non pas par rapport aux autres, tolérer un maximum ses différences, avoir un minimum de confiance en soi et en l’autre ainsi qu’un flux de pensées positives. Ce sera alors pour la vie…

Par Kenza Tazi