Select Page

GROSSESSE ET DIABÈTE GESTATIONNEL: COMMENT S’Y PRENDRE?

Vous êtes enceinte et votre médecin vous annonce que vous êtes atteinte de diabète gestationnel. Pas de panique! Le Docteur Ben Abbes Taarji vous explique tout.

On en convient, la grossesse est déjà en elle-même source d’angoisses et cette menace bien pesante sur vous et votre enfant est en effet difficile à vivre, mais elle est facile à gérer.

Qu’est-ce que c’est?

Quand le taux de sucre dans le sang est plus élevé que la normale pendant la grossesse, on parle de diabète gestationnel. Celui-ci correspond à une difficulté de l’organisme, du fait des hormones gravidiques, à métaboliser les sucres et le gras apportés par l’alimentation. Ce trouble peut survenir pour la première fois pendant la grossesse, plus précisément au 6ème mois. Il disparaît naturellement durant le post-partum (post-accouchement). Mais attention! Le diabète gestationnel comprend aussi une autre forme de diabète: le type 2, qui était déjà existant, et qui a été découvert à l’occasion de la grossesse. Celui-ci, malheureusement, persiste après l’accouchement.

Les risques d’un DG

Certaines se demandent: Mais comment se fait-il que le médecin m’annonce un diabète alors que ma glycémie à jeun est à moins de 1 gramme? En effet, au cours de la grossesse la glycémie doit descendre sous 0. 92 g/l et l’on parle carrément de diabète au-dessus de 1,26 g/l. Cette hyperglycémie peut occasionner des risques grave pour la grossesse notamment de gros bébé (macrosome), d’accouchement prématuré, de fausses couches et de mort fœtale, d’infections urinaires, d’hypertension artérielle mais également de malformations fœtales. Le DG augmente aussi la fréquence des césariennes pour gros bébés et les complications traumatiques en cas d’accouchement par voie basse.

Les mesures à prendre

Le diabète gestationnel doit être recherché dès les premiers mois ou par un examen entre 24 et 28 SA, (hyperglycémie provoquée par voie orale) surtout si vous présentez des risques particuliers (plus de 35 ans, surpoids, antécédents de gros bébé, de mort fœtale, de DG, d’hypertension artérielle). On vous fait avaler du sucre et on voit comment votre corps réagit. Si les valeurs dépassent les seuils fixés, il faut absolument apprendre à contrôler votre glycémie en faisant un régime qui diminuerait vos glycémies avant et pendant les repas afin de permettre un bon déroulement de cette grossesse puis de l’accouchement, et en évitant ainsi des complications potentiellement mortelles. Le régime consiste à éviter les sucres rapides, privilégier les fruits et les féculents et éviter de manger trop gras et en quantité. Mieux vaut répartir ses apports en mangeant peu plusieurs fois par jours sans pour autant grignoter entre les repas. Si la diététique ne suffit pas, il faudra passer temporairement à l’insuline. Enfin, si la glycémie se normalise dans le post-partum, la survenue d’un diabète gestationnel précède dans 50% des cas l’apparition d’un diabète confirmé dans les années à venir. Il serait donc opportun de perdre les kilos superflus pris durant la grossesse pour préserver sa santé. En cas de diabète connu avant la grossesse, il est impératif de programmer sa grossesse en veillant à équilibrer sa glycémie (Hémoglobine glyquée à 6.5%), changer sa médication pour de l’insuline avant de tomber enceinte, afin de diminuer les complications notamment des malformations fœtales graves – si le diabète est déséquilibré lors de la conception-. En somme, ne paniquez pas! Un diabète gestationnel bien suivi, équilibré, et traité sérieusement, peut n’avoir aucune influence négative sur la grossesse et l’accouchement, et dans la majorité des cas, les risques de complications sont évités.

 

 

Dr H. Ben Abbes Taarji