Select Page

HADNNAN HAKOUN: DES PHOTOS QUI ONT UNE ÂME

HADNNAN HAKOUN: DES PHOTOS QUI ONT UNE ÂME

On ne peut apercevoir l’une de ses oeuvres sans s’y perdre, sans être naturellement contraint de chercher au-delà d’une simple capture. Avide de la photographie, L’artiste, Hadnnan Hakoun ne se contente pas de prendre des photos, il réinvente le moment, capte les émotions, et dévore la vie de son appareil qui ne le quitte presque jamais.

Un photographe acharné

Originaire de Chefchaouen, ville d’art et de beauté, et fils d’un talentueux artiste-peintre, il n’est pas étonnant que Hadnnan ait finit par succomber à sa passion cachée. Diplômé en linguistique, en bibliothéconomie et en sciences de l’éducation, il se découvre amoureux de la photo il y a 5 ans. Autodidacte, il s’est servi de ses nombreuses recherches à travers les livres et les magazines spécialisés pour parfaire ses réalisations et en faire ainsi son métier. Fidèle à son appareil, il en fait ses yeux, son ami intime, son confident et son conteur. Ce qui lui a permis de briller dans différentes expositions, notamment «Glandeur et des cadences» à Rabat, «Défis et des filles» à Marrakech , et «Allégorie d’une ville» au festival Alegria de Chefchaouen.

Une variété d’œuvres

Passionné du Maroc, de ses lumières, ses contrastes et la splendeur de sa nature, il en fait essentiellement son centre d’intérêt mais s’essaie également à d’autres genres notamment la photographie de portrait, de voyage, de rue ou encore des petites choses quelconques de la vie qu’il valorise à sa façon. «Toujours en quête d’un style plus personnel, mon seul objectif est d’éterniser les instants présents, transmettre mes états d’âme, mes pensées, et partager mes visions d’un monde plein de contradictions, dans un pays où le photographe et son appareil photo sont plus sujet de suspicion que de complicité.», confie-t-il.

Voici une petite sélection de ses œuvres:

[su_divider divider_color=”#ffffff” link_color=”#ffffff”]

Page Facebook

Par Kenza Tazi