HYMNE AU CLIMAT: EXPOSITION DE MOHAMED MELEHI

Pour accompagner la Cop22 en beauté, la Loft Art Gallery présente à partir du 10 novembre une série d’œuvres inédites signées Mohamed Melehi. Celles-ci sont spécialement réalisées autour de la thématique de l’écologie et de la protection de l’environnement.

À l’initiative de l’artiste, l’incontournable galerie d’art saisit l’opportunité de cette conférence internationale sur le changement climatique et la promotion du développement durable pour porter auprès du grand public et des acteurs politiques de nouvelles manières d’appréhender la complexité du défi climatique. «Ces œuvres reflètent symboliquement les préoccupations d’actualité mondial.» affirme l’artiste.
L’approche essentiellement politique et scientifique des thématiques écologiques, au détriment de la diffusion d’une véritable culture du changement, encourage le désengagement des citoyens, le sentiment d’impuissance et l’inaction. À l’inverse, la transaction écologique est l’opportunité d’un nouvel élan de société qu’un artiste tel que Mohamed Melehi par sa vision transversale et désintéressée a le pouvoir de porter. «J’ai la volonté de m’insérer dans le débat d’un point de vue artistique et d’introduire un langage qui reflète la gravité de la situation.»
Au travers d’une vingtaine d’oeuvres inédites, Mohamed Melehi aborde ces sujets avec sensibilité et force en plaçant ses créations au coeur des inquiétudes de l’actualité mondiale. Les tableaux de Melehi reflètent symboliquement les attentes et les préoccupations des enjeux environnementaux d’aujourd’hui et de demain. Celui-ci s’interroge sur l’empreinte laissée par l’Homme sur son environnement et sa capacité à saisir la triste réalité de ses actes et ses conséquences sur notre planète. Selon lui, «c’est un même langage plastique pour un message nouveau.»
 Mohamed Melehi introduit dans certaines de ces oeuvres les symboles industriels du XXIème siècle afin de bousculer notre perception sur notre mode de consommation et son impact sur la planète. Signe industriel par excellence, l’artiste détourne le logo de la marque à la pomme, comme image de l’impact négatif que nous avons sur la planète, allégorie de la surproduction et de l’exploitation de nos ressources naturelles jusqu’à l’épuisement.

Mohamed Melehi a commencé ses études d’art à l’Ecole des Beaux-Arts de Tétouan en1953, et les a ensuite poursuivies aux Beaux-Arts de Séville, à l’Académie Santa Isabel de Hongrie (1955-1956), à l’Académie San Fernando de Madrid (1956-1957), et à l’Accademia di Belle Arti de Rome (1957-1960). En 1960, il intègre la section de gravure de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris ; et en 1962, il devient maître-assistant à la Minneapolis School of Art, aux Etats-Unis. De 1962 à 1964, il vit à New York, où il bénéficie des bourses des très prestigieuses Rockefeller Foundation et Columbia University. En 1963, il participe à l’exposition collective Formalists à la Washington Gallery of Modern Art, D.C. avec une soixantaine d’artistes dont Piet Mondrian, Jean Arp, Franck Stella. L’artiste poursuit dès lors sa carrière artistique à travers de nombreuses activités au Maroc, en France et aux États-unis.

Voici un petit aperçu de son exposition:

 

 

Loft Art Gallery: 13, Rue El Kaissi. Triangle d’or. Casablanca. Tel: 0522 361469

 

Par Kenza Tazi

Pin It on Pinterest

Retour haut de page