LA CUISINE DES AIRS S’AMÉLIORE!

En avion, la nourriture n’a pas bonne presse. Depuis leur création en 1919, les repas servis en plein ciel sont souvent considérés comme quelque chose que l’on mange en désespoir de cause, et ce quelle que soit la compagnie aérienne. Des collations nutritionnellement équivoques, un mélange de fécules et de viandes peu comestibles que les voyageurs redoutent plus que l’arrêt d’un moteur. Une nourriture boudée qui a pourtant su se remettre en question vu le nombre croissant de partenariats avec des chefs célèbres qui inaugurent une nouvelle ère de la cuisine des airs. En effet, les compagnies aériennes proposent depuis peu, des filets parfaitement poêlés et des plats végétariens savamment épicés. Une industrie en mouvement, qui a décidé d’emboiter le pas aux dernières tendances culinaires et de faire évoluer les plats servis en avion.

Tout commence par la compréhension de la façon dont le vol bouleverse le goût. Au delà de 35.000 pieds, les papilles et l’odorat sont touchés par la basse pression dans les cabines d’avion. L’expérience culinaire en est affectée, et la nourriture devient automatiquement fade. Faites le test avec une barre chocolatée dont vous connaissez le goût par cœur, vous verrez qu’en avion celle-ci devient insipide. De plus, l’humidité est minime, ce qui altère la dégustation des saveurs de plus de 30%, qu’elles soient sucrées ou salées, même si notre capacité à goûter tout ce qui est aigre, amer ou épicé reste sensiblement la même. Afin de combattre la réduction du goût et de l’odorat, de nombreuses compagnies aériennes ont fini par intégrer ces données scientifiques et ont complètement réinventé leurs menus.
L’introduction massive de l’umami, l’une des cinq saveurs de base avec le sucré, l’acide, l’amer et le salé, des accents d’agrumes, des épices et des herbes fraîches viennent à la rescousse des menus aériens, dans le but de mettre à niveau les repas et améliorer l’expérience. Des collations désormais savoureuses et plus nutritives avec du fromage, des mélanges de noix, du houmous, des fèves torréfiées ou des olives…, offrant aux voyageurs un regain d’énergie bien nécessaire pour rester éveillés aux nouveaux fuseaux horaires des vols long-courriers. En outre, certaines compagnies donnent le choix à leurs clients suivant des régimes stricts, parmi une longue liste d’options: casher, végétalien, sans gluten et même paléo…

13248374_10153422309860566_6536241670184210935_oHakima Yassine Chawki

Pin It on Pinterest

Retour haut de page