LE «CUPPING», «HIJAMA» OU THÉRAPIE DES VENTOUSES

Les Jeux Olympiques d’été à Rio ont levé le voile sur une technique ancestrale, mais qui reste inconnue d’un certain nombre d’entre nous. En effet, des athlètes d’élite comme Michael Phelps ou Alex Naddour sont apparus avec de drôles de marques sur la peau.

Ce ne sont pas des vestiges de suçons géants, ni des bleus, mais le résultat de la pratique du «Cupping». Une thérapie censée soulager la douleur en améliorant la circulation du sang. C’est le résultat d’un effet de succion qui se produit quand on applique des ventouses en verre vidées de leur air grâce à une flamme introduite en leur sein. Une dizaine de minutes suffisent et on procède au retrait. La technique est indolore malgré les traces impressionnantes qu’elle laisse sur la peau, et qui peuvent d’ailleurs rester plusieurs jours. Le Cupping est utilisé dans plus de 60 pays pour traiter un large éventail de problèmes, tels que les maux de tête, les douleurs musculaires, les infections, les piqûres d’insectes, l’hypertension, les troubles respiratoires, les problèmes de peau, les digestions capricieuses, et même l’infertilité. Sous l’effet de l’aspiration, la peau est bien vascularisée et l’approvisionnement en sang est amélioré, même si cela provoque la rupture des capillaires et donc ces ecchymoses toutes rondes. La circulation lymphatique est meilleure, ce qui a un effet positif sur la régulation du système immunitaire et le contrôle des processus inflammatoires. Alors que les traitements pharmacologiques sont peu efficaces sur la migraine par exemple, la thérapie des ventouses réduirait les symptômes des migraineux de 95%. Les données montrent que la «Hijama» est loin d’être un placebo, mais les études tentent toujours de comprendre comment son mécanisme peut être si efficace sur des maux si différents. Veillez tout de même à vous adresser uniquement à des acupuncteurs et praticiens certifiés et correctement formés.

 

 

Hakima Yassine Chawki

Pin It on Pinterest

Retour haut de page