Select Page

LES 4 VÉRITÉS DE FATIMA KHAIR

La belle Fatima Khair, actrice et animatrice de talent, répond à nos 4 questions vérité:

12895288_10153329737026968_987099015_n

1-Ça fait bien longtemps qu’on ne vous voit plus à l’écran! Pourquoi cette absence?
Pour la simple raison que ma place est nulle part en ce moment. Je suis une personne exigeante envers moi-même et loyale envers les autres, dans le sens où je ne me permettrai pas de jouer un rôle qui me déplaît ou dont je ne suis pas convaincue. Il faut que je me sente à l’aise dans les scénarios que l’on me propose, et il est important pour moi de m’y retrouver afin que je puisse donner satisfaction à des téléspectateurs envers lesquels j’estime que j’ai un devoir. Autrement dit, je cherche surtout la qualité car j’ai la grande chance de ne pas vivre de cela. Il en va de même quand on me demande de présenter une émission télévisée. Si ça ne me convient pas, je refuse catégoriquement.

2-Une rumeur circule selon laquelle vous vous seriez séparée de votre mari Saad Tsouli. Est-elle vraie?
Il y a tellement de rumeurs qui courent à notre sujet ces derniers temps! On a même annoncé qu’on avait eu un terrible accident…(Rires)
Je pense que Sâad et moi avons dépassé la zone de turbulences des débuts (Rires), ce stade où le couple risque de se briser à tout moment. Nous filons une parfaite entente et nous allons fêter nos 15 ans de mariage dans quelques jours. Nous ne sommes pas ce «couple de stars» qui s’est marié par intérêt. Sâad est plus qu’un simple mari pour moi. Je vois en lui le père que j’ai perdu, le frère et le meilleur ami.

3-Que vous a apporté l’émission Lalla lâaroussa?
Je suis très heureuse d’en être l’animatrice et je le fais avec un immense plaisir. Lalla Lâaroussa c’est du lourd! Une grande émission typiquement marocaine qui a beaucoup de valeur à mes yeux. A travers cela j’ai appris beaucoup de choses que je ne savais pas sur la société marocaine. J’ai pu découvrir des familles formidables qui sont vraiment à l’image de notre beau Maroc. Je sens aussi que je transmets de la joie à des millions de téléspectateurs toujours fidèles au rendez-vous. Cela me rappelle d’ailleurs l’émission «Oussar wa houloul» que j’animais en 2012. Elle avait constitué une vraie source d’inspiration et de bonheur pour moi. Et tout cela me redonne encore plus de confiance pour aller de l’avant et persévérer.

4-Vous êtes une des rares célébrités, voire la seule qui n’a pas de «Fanpage» sur les réseaux sociaux. Pourquoi donc?
Oui en effet, c’est un choix que j’assume totalement. Je n’en ai pas vraiment besoin car cela me ferait plus de mal que de bien. Une personne connue est une personne critiquée et je n’ai aucune envie de subir les insultes au quotidien de la part d’internautes très méchants qui n’ont même pas le courage de le faire avec leur vrai nom. Ils utilisent des pseudos pour se permettre de cracher leur venin en toute liberté et cela me met en colère. Il y a certes l’avantage d’avoir des followers qui te motivent et te font des compliments, mais je préfère en recevoir autrement; à travers des journalistes qui se respectent, des professionnels du domaine artistique ou alors mon entourage, tout simplement… De plus je ne suis pas du genre à exposer ma vie au quotidien juste pour avoir des fans. Je préfère donc m’en passer! Et pour rappel, Je ne me considère pas vraiment une star parce qu’il n’ y a malheureusement pas de «Star-System» au Maroc.

Par Kenza Tazi