LES BAIGNADES FORESTIÈRES: UNE THÉRAPIE EN VOGUE

Jadis, les Hommes étaient plus enclins à vivre en extérieur, mais depuis quelques siècles nous sommes devenus une espèce d’intérieur. Nous passons 87% du temps en intérieur, et même en extérieur nous sommes souvent dans un véhicule ou un lieu fermé. En particulier ceux d’entre nous pris au piège dans leurs bureaux, et qui ne mettent les pieds dehors que pour aller au travail, faire des courses, ou au mieux flâner dans les malls.

Nous avons pourtant conscience que les grands espaces nous font du bien, au corps comme au mental. C’est la raison pour laquelle de plus en plus de personnes s’essayent à une pratique japonaise appelée Shinrin-yoku. Inventée par le ministère japonais de l’Agriculture, des Forêts et de la pêche en 1982, le mot signifie littéralement «bain de forêt». Un processus qui fait référence au fait de s’imprégner des odeurs et des sons d’un cadre naturel, afin de promouvoir la santé physiologique et psychologique, notamment via l’inhalation des substances volatiles libérées par la forêt et des composés organiques antimicrobiens émis par les plantes, sans parler de la beauté des paysages et du calme immanent.

Ceux qui pratiquent la baignade en forêt expliquent qu’elle diffère de la randonnée ou des excursions en pleine nature, car on y prend tout le temps qu’il faut en appréciant les choses qui ne peuvent être vues ou entendues que quand on se déplace lentement. Une vraie thérapie qui aide à fuir le stress au quotidien. Les baigneurs de forêt voient ainsi leur pression artérielle, leur fréquence cardiaque, leur fonction immunitaire et leur taux de cortisol s’améliorer. Des bienfaits qui font qu’au Japon et en Corée, la thérapie de la forêt est intégrée dans leur système médical et couverte par l’assurance. Une pratique qui se répand comme une trainée de poudre, et tout comme l’obsession de la société moderne pour les smartphones et les open-spaces, qui n’ont d’open que le nom.

Hakima Yassine Chawki

Pin It on Pinterest

Retour haut de page