Select Page

LES ORIGINES DE LA «SANS-VALENTIN»

LES ORIGINES DE LA «SANS-VALENTIN»

La magie du marketing a su remettre au goût du jour la Saint-Valentin, sans toutefois en maitriser toutes les variables. En marge de cette même fête, apparaît aujourd’hui un embranchement sociologique inattendu, que j’appellerais la “Sans-Valentin”. Décryptage.

J’aimerais vous parler de ce spécimen qui connaît un accroissement exponentiel en cette période riche en amour commercial. Je suis certaine que vous en connaissez un certain nombre, mais ne vous méprenez pas, puisqu’il il ne s’agit pas ici que de célibataires, celles-ci sont susceptibles d’être en couple. Aussi, il m’est arrivé de lire, au détour d’un forum, une demande de conseils relative à une rupture spéciale Saint-Valentin, quelle formidable idée de cadeau, me diriez-vous!
Surtout quand ladite demande, en plus de partir d’un bon sentiment, est si joliment argumentée. En voici un extrait pour le moins parlant, je cite : «Je ne souhaite pas participer a une fête commerciale et païenne qui aggrave le réchauffement climatique. Je souhaiterais donc des idées de disputes – pas trop hard – ou d’autres moyens pour rompre le temps de la St-Valentin. Il ne faut donc pas que la rupture soit définitive!». Et des conseils, notre ami crevard-écolo en a eu, certains plus judicieux que d’autres, vous vous en doutez. Je vous passe donc les provocations du type se retourner sur toutes les filles qu’il croise en compagnie de sa chère et tendre, les compliments suspects à sa meilleure amie, ou encore le fameux « je te préférais quand tu étais plus mince ». On l’a bien sûr encouragé à ressortir les vieux dossiers, ce qui marche plutôt bien… Mais il y a eu plus original, comme expliquer à sa dulcinée qu’il aurait perdu un être cher un 14 février et que c’est un jour de deuil pour lui et non de fête. Pathétique certes, mais il y a de l’idée !
Tout ce lyrisme me rappelle une origine parmi tant d’autres de la fête des amoureux, qui prend sa source au Moyen-âge. Elle serait liée au retour du Printemps et aux amours des oiseaux. Prenant exemples sur ceux-ci, les hommes auraient choisi cette période pour se déclarer. Les différentes espèces vues par les jeunes filles seraient même porteuses de présages. Un moineau serait prometteur d’un mariage heureux mais avec un homme désargenté, à l’inverse du chardonneret – oui c’est un oiseau – signe d’une rencontre avec un homme riche.
Par conséquent, qu’on aime ou non fêter la Saint Valentin, le fait est indéniable… Ce sale gamin joufflu, armé d’un arc et de flèches, qui passerait son temps à transpercer le cœur des gens pour les rendre amoureux, ne s’est pas appelé Cupidon par hasard.
J’en conclus que la “Sans-Valentin” trouverait ses origines dans la cupidité, définie comme un désir immodéré de l’argent et des richesses. Tout s’éclaircit!

 

 

Hakima Yassine Chawki