Select Page

MA BONNE EST UNE TERRORISTE

MA BONNE EST UNE TERRORISTE

Cette phrase est devenue un cliché dans la bouche des marocaines. Cela devient presque ordinaire mais mon histoire reste extraordinaire.
J’ouvre la porte, Malika entre comme d’habitude, aimable et souriante, direction la cuisine. C’est une femme d’environ quarante ans, bien solide, assidue et nonchalante. Je l’ai engagée pour m’assister surtout aux travaux ménagers et depuis, elle me seconde en tout, et elle le fait avec plaisir. Comme mon travail professionnel prend tout mon temps, je suis soulagée quand je rentre le soir à la maison en trouvant tout en ordre, sauf bien sûr quelques vérifications et recommandations. Mes enfants ont trouvé en elle une seconde maman, attentive à leurs caprices. Bref, le train roule sur ses rails.
Quant à mon mari, il est toujours sur le qui-vive et me somme de rester vigilante. «Il faut se méfier de l’eau qui dort», me dit-il. Je ne l’écoutais pas vraiment.
Et voilà qu’un jour je croise ma voisine dans l’ascenseur. Celle-ci me demande si le concierge avait une relation de parenté quelconque avec Malika. Elle m’apprend que ce dernier lui remettait souvent des paquets. Un paquet de quoi? Mystère? Le soir, Malika sort toujours de chez moi les mains ballantes! Maintenant que le doute est là. Nous avons décidé mon mari et moi de suivre cette affaire de près. C’est là que je l’ai aperçue un dimanche en train de refermer un vieux débarras cadenassé dont j’avais perdu la clé. Après sa sortie, nous avons défoncé le cadenas sans hésitation. À première vue, nous apercevons deux sabres allongés sur des cartons, trois bidons d’un liquide dangereux, des sachets de poudre blanche, des outils tranchants. Je perds connaissance. La terreur! Qu’allons nous faire? Il est clair que Malika fait partie d’un réseau terroriste!
Mais la pauvre est mal tombée, mon beau-frère est inspecteur de police. Heureusement pour nous! Nous avons certes traîné dans les tribunaux, mais Malika a quand même eu pitié de nous et a tout avoué sans rechigner.
Aujourd’hui, nous gardons toujours cette peur au fond de nos entrailles due à une confiance excessive en cette femme de ménage.
Mon conseil: N’abritez jamais un étranger sous votre toit sans le connaître! L’hospitalité de nos ancêtres n’est malheureusement plus une valeur de nos jours. Elle devient plutôt une pure naïveté et une ignorance absolue.