Select Page

MAITRISONS L’ART DU DÉSACCORD!

MAITRISONS L’ART DU DÉSACCORD!

Débattre avec un proche ou même un inconnu peut vite tourner à un affrontement verbal violent quand certaines règles de la bienséance sont ignorées. Lorsqu’on échange les idées avec des pairs, on risque de se tromper d’objectifs.

Partager son avis sur des sujets bien définis est une fin en soi. Penser qu’il faille absolument convaincre la partie «adverse» est une erreur. C’est en poursuivant cet objectif inatteignable que certains débats sont rompus et parfois avec une telle violence que cela peut déteindre sur la relation personnelle avec l’interlocuteur. Les sujets sur lesquels peut se profiler une mésentente sont nombreux, mais certains domaines particuliers qui touchent aux convictions profondes d’une personne rendent toute tentative de débat houleuse. En effet, si par-dessus cela on entre dans le débat comme on entrerait sur un ring, on peut dire que c’est «perdu d’avance», non seulement parce qu’on n’aura pas réussi à convaincre mais aussi parce qu’on n’aura pas eu la capacité d’exprimer sereinement et complètement son point de vue, sans se faire couper ou désarçonner en permanence. Il est donc urgent de maîtriser l’art du désaccord. Il faut faire grandir son esprit. Comprendre que celui qui parle le plus fort ne fait que casser les oreilles aux autres, que celui-ci n’a pas forcément raison puisque tout le monde peut hausser le ton en empêchant les autres de parler. Ce n’est pas non plus par l’intimidation ou la dérision que l’on «gagne» un débat, bien au contraire ce genre de comportement totalement irrespectueux ne fait que buter encore plus son opposant. L’exemple le plus concret est celui des hommes politiques et leurs fameux débats et vociférations sur les plateaux télé. Ce n’est bien évidemment pas le bon exemple à suivre puisque l’idée n’est pas de laisser convaincre mais plutôt de le décrédibiliser et le déstabiliser au maximum devant l’audience. Ce qui est loin d’être constructif car on estime que la vérité ou le bon sens ne sont pas des fins en soi dans ces jeux-là. Bref, c’est de la politique. Toutefois, quand on maîtrise l’art du désaccord, on prend de la hauteur, on fait preuve d’humilité et on démontre du respect à son adversaire qui devient par ailleurs un rival idéologique dans le cadre d’une entente cordiale. Attribuons à Voltaire, vraisemblablement à tort la citation suivante: «Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire.». Il faut quand même reconnaître à ces mots une profondeur particulière et un sens à bien méditer.

 

Par Zakaria Maftah
http://zakmaf.net