TERRE DE FEMMES MAROC: 3 NOUVEAUX PRIX POUR LA 8ÈME ÉDITION

3 trophées et 3 broches, symboles de l’amour pour la nature et les ressources de la terre, ont nouvellement été décernés aux femmes qui les méritent, lors de la 8ème édition de Terre de Femmes au Maroc.

C’est à l’Hôtel Adam Park dans la cité ocre que la fondation Yves Rocher pour l’environnement a tenu cette nouvelle édition, tout aussi valeureuse que méritoire. Battantes et entièrement vouées à la nature, les lauréates de «Terre de femmes» sacrifient leur temps chaque jour au service de la terre. Elles s’engagent corps et âme pour changer le monde. La Fondation Yves Rocher quant à elle, les récompense en mettant en lumière la force de leur combat pour la protection de l’environnement, et ce depuis 15 ans.

–Le premier prix a été attribué à Hanane Lachehab: Âgée de 38 ans, c’est la présidente du Groupement d’Intérêt Economique (GIE).
Elle a choisi de lutter pour l’environnement dans la région montagneuse du Rif, plus précisément à Ouezzane. Son initiative longtemps critiquée par les hommes des villages, réticents à l’idée de voir les femmes prendre en main la situation, se révèle être une véritable alternative viable et durable à la fatalité de la culture du cannabis. Le GIE compte plus de 328 femmes dont l’activité principale est la trituration de l’huile d’olive en adoptant des pratiques respectueuses de l’environnement. Grâce à cette pratique, la production est de 10 à 30 Tonnes d’huile d’olive extra vierge.

 Ses objectifs?

Valoriser la biomasse issue des sous produits de l’huile d’olive appelés «grignons d’olives». Ce produit a en effet une grande capacité calorifique, et peut devenir une source d’énergie verte et durable, en remplaçant ainsi le gasoil, un autre combustible utilisé dans l’industrie, ou encore le bois de chauffe.

–Le deuxième prix a été décerné à Fatima Kander, enseignante au Lycée Aouda Saadia à Marrakech.

En tant que femme, maman, et enseignante, elle se sent responsable de l’éducation de centaines d’élèves qu’elle côtoie depuis 28 ans. Son engagement, envers l’environnement, est de participer à la sensibilisation et la responsabilisation des apprenants qui seront des consommateurs et des décideurs de demain, et ce en leur permettant d’acquérir au cours de leur scolarité au collège et au lycée, tout un bagage, non seulement de connaissances théoriques et de compétences concrétisées sur le terrain, mais aussi de valeurs et surtout de volonté de changement.

 Ses objectifs?

-Une formation théorique de l’ensemble des élèves de la terminale sur le montage de projet agricole par des chefs d’entreprise et des banquiers.

-Une formation sur les procédés de transformation, de production et de conservation de certains produits alimentaires ou hygiéniques (savon, savon noir parfumé, essence de plantes aromatiques ou médicinales en plus des confitures bio….)

-L’acquisition de matériel nécessaire à la transformation et la conservation des produits préparés au sein du lycée afin de les commercialiser et renouveler le matériel défectueux.

–Le troisième prix était pour Khadija Boulfanid, apicultrice à la coopérative Tamalourte Douar Timgrad.
Femme du milieu rural et montagneux, elle décide de créer une coopérative agricole sous le nom de «Tamaloute», pour préserver les abeilles. Ces dernières ont en effet un rôle essentiel en termes de préservation de la biodiversité. Ce sont des insectes pollinisateurs, et leur disparition aurait un impact catastrophique sur l’agriculture mondiale: elle diminuerait la production agricole et augmenterait les prix de l’alimentation, aggravant la crise alimentaire mondiale qui sévit actuellement. Les conséquences en termes de préservation de la biodiversité seraient également catastrophiques.

Ses objectifs?

-Préserver l’équilibre écologique et économique entre les systèmes de production intensifs et extensifs favorisant la conservation de la biodiversité dans le paysage productif de la région, par l’utilisation durable et la relance de la transhumance.
-Favoriser l’installation de nouvelles colonies d’abeilles, lutter contre la mortalité et la disparition de l’abeille local, sauvegarder la biodiversité végétale et insectes pollinisateurs, et améliorer les conditions socio-économiques des habitants par la création d’emploi.

Ces lauréates sont le témoignage vivant des formidables élans de mobilisation qui naissent tout autour de la planète. Elles sont aussi la preuve que la fatalité n’existe pas et que des solutions existent pour respecter notre planète.
Composé de prix nationaux et d’un prix international, le prix «Terre de Femmes» représente, outre un soutien financier, un encouragement pour les lauréates à poursuivre leur action en faveur d’un monde plus juste et plus durable.

 

 

Kenza Tazi

 

1 réflexion sur “TERRE DE FEMMES MAROC: 3 NOUVEAUX PRIX POUR LA 8ÈME ÉDITION”

Les commentaires sont fermés.

Pin It on Pinterest

Retour haut de page